PORTRAIT – Antonio Flores ::: Rêver, puis vivre le Canada!

Antonio Flores 3

Antonio Flores est originaire du Guatemala. C’est dans la capitale guatémaltèque qu’il vécut jusqu’à son 26e anniversaire et y étudia la médecine dentaire. Il pratique maintenant la denturologie… à Matane! Dans un français parfait et avec des yeux pétillants, Antonio raconte son parcours et la manière dont son rêve de venir vivre au Canada est né, alors qu’il n’avait que 10 ans.

C’est depuis le mois de juin 2017 qu’Antonio travaille à la clinique La Denturo de Matane. Lise Fillion, la propriétaire, ainsi que M. Flores, se sont rencontrés il y a une vingtaine d’années au Collège Édouard-Montpetit, durant des études de denturologie.

Au printemps dernier, Lise est à la recherche d’une personne supplémentaire pour compléter son équipe et elle contacte Antonio qui accepte de venir lui rendre visite. Lise prévoit tout : c’est une véritable opération séduction qui attend son ancien collègue de classe! Pendant trois jours, elle déploie les plus beaux charmes de La Matanie à son invité, fait des détours pour passer devant les paysages les plus typiques, vante l’absence de trafic et la chaleur des gens, lui fait goûter aux saveurs locales et lui présente des amis tous plus sympathiques les uns que les autres. Ce marathon de charme ne laisse pas Antonio indifférent qui, au terme de l’expédition, accepte de venir travailler ici une semaine sur deux. Vivant à Montréal depuis son départ du Guatemala, il y a plus de 30 ans, c’est une nouvelle aventure qui débute alors et qui lui permettra de découvrir de nouveaux airs canadiens… ceux du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie!

Antonio Flores

Antonio Flores, à sa première journée de travail à Matane avec l’équipe de La Denturo à ce moment : Lise et Martin, tous deux originaires de Montréal et anciennement nouveaux arrivants eux aussi, ainsi que Fanny du SANAM, venue lui souhaiter la bienvenue!

Rêver le Canada et s’y installer!

Comment se fait-il qu’à l’âge de 10 ans, le rêve de venir vivre ici devînt si fort qu’il poussa le jeune guatémaltèque, 16 ans plus tard, à tout laisser derrière pour venir s’installer dans le pays de l’hiver? Dans sa ville natale de Guatemala ciudad, Antonio avait un ami dont la mère travaillait à l’Ambassade canadienne. Il allait souvent leur rendre visite et on lui racontait fréquemment ce pays nordique, photos à l’appui. « Je suis tombé en amour avec le Canada! », se souvient Antonio.  Dès lors, le rêve canadien n’était jamais bien loin. Seize ans plus tard, la situation s’aggrava au Guatemala et plusieurs conflits explosèrent, rendant la ville et le pays de moins en moins sécuritaires. C’est ainsi qu’il décida d’entreprendre des démarches pour immigrer ici. On lui donna le choix entre trois villes où s’installer : Vancouver, Toronto ou Montréal. C’est un autre coup de cœur qui précipita son choix : il rencontra une femme qui parlait français : « À ce moment, je suis tombé en amour avec le français! », s’exclame Antonio, comme s’il était encore stupéfait de la suite des événements! Il allait donc déménager à Montréal! C’était en 1982 et bien qu’il soit tombé sous le charme de la langue française, il n’en parlait pas un seul mot à son arrivée! Cela ne l’empêcha pas de trouver un emploi dans un restaurant à peine une semaine après avoir posé les pieds en sol montréalais! Au travail, il apprit à se débrouiller en français et apprit aussi rapidement la profession de cuisinier, qu’il exerça ensuite pendant un moment. Il avait bien en tête ce que sa mère lui avait souvent répété : « Quoi que tu fasses, apprends »! S’enchaînèrent par la suite des cours de français puis un DEC en denturologie. Il devint ami à ce moment avec Lise Fillion et ils graduèrent ensemble en 1999, après quoi chacun poursuivit son chemin. Antonio pratiqua la denturologie durant de nombreuses années à Montréal.

Selon lui, son parcours est une preuve qu’on peut réussir, peu importe d’où on part et les défis à surmonter. Il parle maintenant un excellent français, langue qu’il adore toujours et tout autant que sa vie au Canada dont il avait tant rêvé. Il a du plaisir à travailler avec son équipe de La Denturo de Matane et aime le « côté latin » des Matanais qui se connaissent et s’envoient la main d’un trottoir à l’autre. Et nous, on aime le « côté Antonio » qu’il apporte ici, avec son sourire réconfortant et accompli! Bienvenue Antonio! Nous souhaitons te garder longtemps parmi nous!

Publicités