Regarder devant et faire sa vie aux Méchins! ::: Portrait de Marthe

Houssouhon Marthe Lengane1

C’est au jeune âge de 20 ans que Pawontore Marthe Houssouhon Lengane, ou Marthe en plus court, quitte le Burkina Faso pour aller étudier toute seule à Montréal. Ce changement de vie drastique, elle y était mentalement préparée ; c’est « sa destinée » qui se concrétise. Depuis ses 8 ans, elle sait que ses parents prévoient l’envoyer étudier au Canada afin d’offrir à leur fille unique l’avenir le plus prometteur qui soit.

Il y a de cela 3 ans, c’est avec des sentiments partagés qu’elle quitte donc tout ce qu’elle connaît, ses racines, son pays et ses proches. Son père, une personne très spéciale et importante dans sa vie, Sarah, sa sœur adoptive avec laquelle elle partage tout et ses quatre frères cadets vont terriblement lui manquer. Elle raconte qu’au moment de partir « tu te poses plein de questions, tu as peur, tu ne sais pas ce qui t’attend ». Ces appréhensions se mélangent avec une hâte et une grande excitation de découvrir sa nouvelle vie. Par chance, elle a un peu de famille au Québec et elle vit avec sa tante Mariam Simbre durant la première année de ses études à l’Université de Montréal en Économie. Elle change ensuite de branche et étudie à l’institut TECCART en Soutien technique informatique, tout en travaillant pour gagner sa vie.

Malgré la neige, la chaleur des gens

Ayant grandi dans un pays où la chaleur est présente à l’année longue, les hivers et le froid deviennent vite un enjeu. « Pour moi, l’hiver commençait l’automne ! Je portais même deux à trois paires de jeans en même temps quand je suis arrivée à Montréal », s’exclame Marthe en riant. Maintenant, elle dit adorer la neige! C’est d’ailleurs grâce au soutien de plusieurs personnes que son expérience se passe bien. Elle tient à souligner l’aide précieuse que Serge Racine, son amie Monika et la famille Bancé lui ont apportée pour son déménagement. Marthe se fait plusieurs amies à Montréal et rencontre aussi la personne qui deviendra son fiancé moins de deux ans plus tard. « Depuis que je suis petite, j’ai toujours cru aux contes de fées et je savais que je trouverais un prince charmant qui m’aimerait à ma juste valeur, peu importe sa nationalité! Puis j’ai rencontré un oiseau rare, une personne qui est prête à tout pour les autres et pour moi. Il m’a beaucoup soutenue depuis qu’on se connaît » raconte-t-elle en pensant avec hâte à son mariage qui se tiendra cet été et se fera selon les traditions burkinabées.

Nouvelle vie entre Les Méchins et Matane

Le fiancé de Marthe travaille chez Verreault Navigation et Marthe a décidé de venir s’installer avec lui à Les Méchins. Arrivée depuis moins de deux mois en Matanie, elle s’intègre rapidement et dit voir son avenir ici. Elle est déjà impliquée dans des événements – elle a d’ailleurs défilé lors du dernier événement de Okavi Découverte de l’Afrique à Matane, elle fait du cheval à Les Méchins et a des projets plein la tête! Sa priorité est sa recherche d’emploi en administration ou en soutien informatique, mais vivre ici lui a aussi donné le goût d’entreprendre. Elle s’est lancée depuis mai dans l’exportation au Burkina Faso d’ordinateurs usagés remis à neuf, projet qu’on peut suivre sur Facebook au nom de Victoire Import Logistique.

Houssouhon Marthe Lengane6

© Photo Pierre-Mark Lavoie. Défilé de mode de la soirée OKAVI Découverte de l’Afrique à Matane, le 9 juin 2018

Marthe se dit extrêmement reconnaissante de cette chance qu’elle a de vivre ici et elle dit tout faire pour devenir cette femme que son père a vue en elle. « Mes expériences à Montréal m’ont forgées et maintenant je commence une nouvelle étape de ma vie, je suis certaine que je vais l’attaquer avec force, avec un époux merveilleux! ». Elle sait que tout cela n’aurait pas lieu sans le soutien indéfectible de son père et sans l’amour de sa mère, qui reste toujours aussi présente dans son cœur. Ses frères lui manquent, ses amies burkinabées aussi, mais Marthe fonce et regarde en avant!

Nous te souhaitons que tous tes rêves se réalisent! Bienvenue parmi nous, dans ton nouveau chez-toi, belle Marthe! 

 

Publicités

Un circuit sur l’histoire de Matane en autobus avec guide accompagnateur

Circuit historique

Belle activité pour les nouveaux arrivants qui sont spécialement invités à participer par la Société d’histoire et de généalogie de Matane (SGHM)! 

SUR INSCRIPTION SEULEMENT | Coût 10$
Réservations au 418 562-9766 ou en se présentant au local de la Société durant les heures d’ouverture.

La Société d’histoire et de généalogie de Matane (SHGM) offre au grand public le Circuit sur l’histoire de Matane en autobus avec le guide accompagnateur et enseignant en histoire au Cégep de Matane, Louis Audet, les samedi 23 juin et dimanche 1er juillet de 13h30 à 15h30.

Le départ s’effectuera du stationnement de la SGHM située au 330, boulevard Dion (ancienne église Bon-Pasteur).

Prévoir des chaussures de marche et des vêtements en fonction du temps.

6 arrêts : De deux heures, ce circuit prévoit six arrêts, soit au vieux port, au parc Jeanne-Dionne en face de l’église Saint-Rédempteur, au centre-ville à l’hôtel de ville et à la Promenade des Capitaines, à la Passerelle René-Lavoie près du Camping de la rivière Matane, au parc industriel et au port de mer ainsi qu’au bureau d’accueil touristique du phare avec retour à la SHGM.

Il sera notamment question de la présence amérindienne, de la seigneurie, des églises des paroisses, de la rue Saint-Jérôme à diverses époques, de Matane au 19e siècle, du vieux port en soutien à l’industrie forestière, du chemin de fer, du nouveau port, des traversiers, du phare et de la compagnie Matane Air services.

ACTIVITÉ! Fête de la pêche 9 juin

LacVous aimeriez vivre une initiation à la pêche et découvrir le Lac Petchedetz?
L’Association des chasseurs et pêcheurs de la région de Matane invite la population et les nouveaux arrivants à s’initier à ce sport lors de la Journée de la pêche, moment où il est autorisé de pêcher sans permis.
 
Des truites seront mises à l’eau pour l’occasion et vous repartirez avec le fruit de votre pêche. C’est gratuit, mais il faut se rendre sur place par nos propres moyens et apporter appâts et cannes à pêche.
 
À APPORTER :
– Canne à pêche (Rézo Matanie pourrait vous en prêter *sur demande*)
– Appâts à truites (Rézo Matanie pourrait vous en fournir *sur demande*)
– Bottes de caoutchouc
– Pique-nique si vous souhaitez diner sur place
 
POUR VOUS RENDRE
Nous offrons du covoiturage, mais si vous souhaitez vous y rendre par vos propres moyens, voici le chemin :
Pour accéder au lac Petchedetz, prendre la route 195 qui longe la rivière Matane, direction St-René-de-Matane. Traverser la rivière en tournant à droite sur un pont. Le nom du chemin est le Chemin de la Coulée Carrier, à la hauteur du village de Ste-Paule. Monter la montagne jusqu’à ce que vous trouviez une grande affiche indiquant « Association des chasseurs et pêcheurs LAC PETCHEDETZ », à droite de la route. Un chemin forestier très court (et carrossable) vous amène au lac.
 
Rézo Matanie propose cette activité aux nouveaux arrivants et au public afin de leur permettre de découvrir un lac méconnu en Matanie, ainsi qu’une activité dont plusieurs Mataniens sont adeptes : la pêche!
INSCRIPTIONS
Informez Fanny du SANAM de votre présence et si vous aurez besoin de covoiturage, appâts ou cannes à pêche! 
par courriel : allaire-poliquin.fanny@cgmatane.qc.ca
Téléphone : 418-562-1240, poste 2230

Le Cégep de Matane à la recherche de familles d’accueil et de logements

Logements-CgMatane_Plan de travail 1 copie
Le Cégep de Matane est à la recherche de familles d’accueil qui aimeraient vivre l’expérience d’accueillir un-e étudiant-e pour une session ou une année. Certains étudiants internationaux inscrits au cégep pour une session d’études ou un an aimeraient vivre leur immersion au Québec au sein d’une famille d’accueil.

Ils auront ainsi l’occasion de s’intégrer plus facilement et de découvrir notre belle région par les yeux des gens qui y vivent déjà. De votre côté, cette expérience peut vous amener à vivre un échange interculturel et à découvrir une nouvelle culture.

Si vous êtes intéressé-e-s, complétez le formulaire en ligne à http://www.cegep-matane.qc.ca/familles-accueil

Le Cégep de Matane est également à la recherche de logement. Faites connaître votre offre de chambres ou d’appartement à louer en complétant le formulaire en ligne à http://www.cegep-matane.qc.ca/logements

Agence de revenu du Canada – Webinaire pour nouveaux arrivants

webinaire

Invitation à un webinaire pour les nouveaux arrivants
Inscrivez ces dates à votre calendrier!

Webinaire en français : Le mardi 1er mai 2018, à 11 h, heure de l’Est

Webinaire en anglais: Le mardi 1er mai 2018, à 14 h, heure de l’Est

Durée : Environ 45 minutes

L’Agence du revenu du Canada organisera un webinaire interactif en direct pour fournir aux nouveaux arrivants au Canada des renseignements sur les prestations et les crédits. Certains des sujets qui seront abordés :

  • divers prestations et crédits
  • comment en faire la demande
  • comment continuer à recevoir vos versements

Les participants auront la possibilité de poser des questions et d’obtenir des réponses tout au long du webinaire.

Inscrivez-vous dès maintenant!

 Pour toute information, veuillez nous contacter au 1 855 283-0432 ou par courriel au QUE_Visibilite-Outreach@cra-arc.gc.ca

Les rencontres interculturelles… par les livres

Dans le cadre des Journées des rencontres interculturelles de La Matanie, le SANAM vous invite, du 16 au 22 avril, à aller visiter les bibliothèques à Matane et la Chouette librairie pour découvrir les livres qu’ils ont sélectionnés pour vous, portant sur la thématique de la diversité culturelle. Découvrons des auteurs et histoires du monde, ouvrons nos horizons!

Nous vous présentons ici trois œuvres issues de la sélection de la Bibliothèque Lucien-Lelièvre au Cégep de Matane.

 

 

  1. Underground railroad
    par Colson Whitehead
    Éditeur : Albin Michel

Cora, seize ans, est esclave sur une plantation de coton dans la Géorgie d’avant la guerre de Sécession. Abandonnée par sa mère lorsqu’elle était enfant, elle survit tant bien que mal à la violence de sa condition. Lorsque Caesar, un esclave récemment arrivé de Virginie, lui propose de s’enfuir, elle accepte et tente, au péril de sa vie, de gagner avec lui les états libres du Nord. De la Caroline du Sud à l’Indiana en passant par le Tennessee, Cora va vivre une incroyable odyssée. Traquée comme une bête par un impitoyable chasseur d’esclaves qui l’oblige à fuir, sans cesse, le « misérable coeur palpitant » des villes, elle fera tout pour conquérir sa liberté. L’une des prouesses de Colson Whitehead est de matérialiser l’« Underground Railroad », le célèbre réseau clandestin d’aide aux esclaves en fuite qui devient ici une véritable voie ferrée souterraine, pour explorer, avec une originalité et une maîtrise époustouflantes, les fondements et la mécanique du racisme. à la fois récit d’un combat poignant et réflexion saisissante sur la lecture de l’Histoire, ce roman, couronné par le prix Pulitzer, est une oeuvre politique aujourd’hui plus que jamais nécessaire.  https://matane.koha.ccsr.qc.ca/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=122346

2. Le peuple rieur : hommage à mes amis innus
par Serge Bouchard
Éditeur : Lux éditeur

Le livre que vous vous apprêtez à lire raconte la très grande marche d’un tout petit peuple, il refait à la fois le chemin de sa joie et son chemin de croix. Présente aux premières lignes du journal de voyage de Champlain, aujourd’hui aussi familière que mystérieuse, la nation innue vit et survit depuis au moins deux mille ans dans cette partie de l’Amérique du Nord qu’elle a nommée dans sa langue Nitassinan : notre terre. Au fil des chapitres, vous allez accompagner le jeune anthropologue que j’étais au début des années 1970, arrivé à Ekuanitshit (Mingan). Vous le devinez, ces petites histoires sont prétextes à en raconter de plus grandes. Celles d’un peuple résilient, une société traditionnelle de chasseurs nomades qui s’est maintenue pendant des siècles, une société dont les fondements ont été ébranlés et brisés entre 1850 et 1950, alors que le gouvernement orchestrait la sédentarisation des adultes et l’éducation forcée des enfants. Ce récit commence dans la nuit des temps et se poursuit à travers les siècles, jusqu’aux luttes politiques et culturelles d’aujourd’hui. — Serge Bouchard https://matane.koha.ccsr.qc.ca/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=124104

3. Kobane calling
par Zerocalcare
Éditeur : Cambourakis

Envoyé par l’Internationale (le Courrier International italien), Zerocalcare part aux confins de la Turquie, de l’Irak et du Kurdistan syrien pour rejoindre la ville de Kobané, à la rencontre de l’armée des femmes kurdes, en lutte contre l’avancée de l’État islamique. À partir de ce voyage, Zerocalcare livre un reportage d’une sincérité poignante, un témoignage indispensable et bouleversant qui s’efforce de retranscrire la complexité et les contradictions d’une guerre si souvent simplifiée par les médias internationaux et le discours politique. Le tout avec l’inimitable ton, extrêmement drôle et touchant, le langage et l’univers d’un auteur qui sait interpréter comme personne, le quotidien, les craintes et les aspirations de sa génération. https://matane.koha.ccsr.qc.ca/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=119946

 

 

Voici trois œuvres issues de la sélection de la Chouette librairie

 

 

  1. Bagages mon histoire
    Poèmes de jeunes immigrants illustrés par Rogé
    Éditeur : Les Éditions de la Bagnole

Bagages, mon histoire, est une histoire de rencontres. Depuis quelques années, l’auteur Simon Boulerice donne des ateliers d’écriture aux classes de nouveaux arrivants de l’école secondaire PGLO. Plusieurs de ces mots se sont faufilés dans Bagages, le spectacle. Puis des traces de leur poésie se sont déposées dans Bagages, le film.

C’est alors que l’auteure Kim Thúy, bouleversée par la force et la sensibilité de ces jeunes, a mis en relation le grand artiste Rogé, qui souhaitait faire le portrait de jeunes immigrants, et Simon. Le regard de ces jeunes qui viennent d’immigrer au Québec est touchant, percutant, poétique, et les magnifiques portraits de Rogé le sont tout autant.

  1. AU GRAND SOLEIL CACHEZ VOS FILLES
    par ABLA FARHOUD
    Éditeur : vlb éditeur

Les Abdelnour ont passé près de quinze ans au Québec avant que le père ne les force à rentrer au pays natal, le Liban. Après quelques mois d’émerveillement devant le paysage lumineux de la côte, il leur faut bien s’installer dans leur nouvelle vie, apprendre les codes culturels, s’inventer un avenir. Pour la jeune Ikram, profondément attachée à l’indépendance et à la liberté dont elle jouissait en Amérique, l’épreuve est particulièrement ardue. Dans la chaleur entêtante et sous le regard oppressant des hommes, comment rester fidèle à ses ambitions? Comment exercer son métier de comédienne dans un monde ou « actrice » est synonyme de « putain »? Au Grand Soleil, comment s’épanouir sans se brûler?

Dans ce roman sensible et sensuel, Abla Farhoud donne la parole à des personnages intenses et fait revivre autour d’eux le Liban des années soixante.

C’est mon père qui prend la parole. Les mots sortent difficilement de sa bouche, comme s’il n’avait jamais parlé de sa vie. « Tu sais, ma fille, nous sommes au Liban… Nous espérions que… » Je le laisse se dépêtrer, je sais ce qu’il va me dire. Je les regarde et j’attends. « Tu le sais, ma fille, au Liban… une fille de bonne famille ne joue pas au théâtre. »

  1. NANIMISSUAT | ÎLE-TONNERRE
    par Natasha Kanapé Fontaine
    Éditeur : Mémoire d’encrier

Vous êtes des milliers
À marcher sur les mers

Allez et revenez

Procréer
Avec le ciel
La prochaine terre
À donner aux sans-pays

Une planète entière
Où nous serons
Réfugiées.

Voix de femmes coulées debout dans les fleuves. La grand-mère, la mère et la fille reconquièrent leur corps, leur pouvoir et leur destin. Elles se racontent, se confient aux ancêtres. Elles naissent et renaissent, convoquent le soleil de la justice pour que commence une ère nouvelle. Le poème, souverain, refait l’Histoire, remplit les vides, frappe aux portes de la vérité.

Née en 1991, Natasha Kanapé Fontaine est Innu, originaire de Pessamit sur la Côte-Nord. Poète-interprète, comédienne, artiste en arts visuels et militante pour les droits autochtones et environnementaux, elle vit à Montréal. L’une des voix les plus importantes du Québec.

 

 

Voici trois autres œuvres faisant partie de la sélection et exposition de la Bibliothèque municipale Fonds de solidarité FTQ de Matane.

 

 

  1. SOUS L’ARBRE À PALABRES, MON GRAND-PÈRE DISAIT… 2.0
    par Boucar Diouf
    Éditeur : La Presse

 « Le proverbe, c’est le trampoline grâce auquel la parole prend de l’altitude, c’est l’esprit d’un seul devenu la sagesse de tous, c’est la parole qui rassemble, dilate la rate, celle qui touche le cœur et titille les neurones  pour mieux unir les humains. Par la bouche de mon grand-père, découvrez dans ce bouquin quelques perles de la sagesse africaine. Des histoires d’hier racontées par les hommes d’aujourd’hui pour les générations de demain. Ainsi le disait si bien un sage de ma région. » Boucar Diouf.

2. VOIX MIGRANTES : NAÎTRE AILLEURS, VIVRE ICI
par Paul Kunigis, Véronique Marcotte
Éditeur : Québec Amérique

Curieux, amoureux de la culture québécoise, Paul Kunigis recueille les témoignages de ceux et celles qui, comme lui, habitent désormais le Québec. Qu’ils soient artistes, politiciencs, écrivains ou chefs cuisiniers, connus ou moins connus, résidents de la métropole ou d’une région, ils ont tous une histoire, des anecdotes à nous faire savourer.

Voix migrantes présente l’univers de ces immigrés, le récit de leur arrivée au pays, leur perception, leur adaptation, leurs coups de cœur québécois… Des portraits hauts en couleur, à la fois conviviaux et émouvants, magnifiquement servis par la plume de Véronique Marcotte et les photographies de François Fortin.

 3. QUAND J’ÉTAIS ITALIENNE
par Sylvie Laliberté
Éditeur : Somme toute

 « Le dimanche soir, on mangeait italien, mais dans la vie de tous les jours, cette vie pas italienne, ma grand-mère nous servait, à moi et à mon petit frère, des mets canadiens qui seyaient mieux à la vie canadienne. »

À Montréal durant la Seconde Guerre mondiale, plusieurs immigrants italiens ont été injustement arrêtés et internés. La peur que cela ne se reproduise, en plus du racisme ambiant, a gangrené l’espoir d’une vie pleinement heureuse sur leur terre d’accueil. La honte des origines a tracé son chemin insidieux et indélébile.

 

Bonne lecture!

Retour : Conférence sur l’embauche de personnes issues de l’immigration

Le 22 mars 2018 s’est tenue une conférence sur l’embauche de personnes issues de l’immigration que nous avons organisée avec le Comité emploi de La Matanie, dans le cadre de la Semaine de l’emploi du Bas-Saint-Laurent.
Nous remercions les personnes qui ont généreusement pris le temps de témoigner de leurs expériences : Mélanie Cummings, Conseillère principale en ressources humaines, MARMEN Énergie Inc., Anne Dupéré, Vice-présidente exécutive chez Groupe Bertrand Rioux et Yann Gonthier, chargé de projet au CDRIN Matane.

Leurs témoignages, soit en tant qu’employeurs ou en tant que personne ayant immigré au Québec, ont été très pertinents. Le SANAM a aussi pu expliquer les services qu’il offre tant aux individus qu’aux entreprises.

Toute l’équipe du comité emploi de La Matanie vous remercie, ainsi que la cinquantaine de personnes qui y ont assisté.