PORTRAIT – Antonio Flores ::: Rêver, puis vivre le Canada!

Antonio Flores 3

Antonio Flores est originaire du Guatemala. C’est dans la capitale guatémaltèque qu’il vécut jusqu’à son 26e anniversaire et y étudia la médecine dentaire. Il pratique maintenant la denturologie… à Matane! Dans un français parfait et avec des yeux pétillants, Antonio raconte son parcours et la manière dont son rêve de venir vivre au Canada est né, alors qu’il n’avait que 10 ans.

C’est depuis le mois de juin 2017 qu’Antonio travaille à la clinique La Denturo de Matane. Lise Fillion, la propriétaire, ainsi que M. Flores, se sont rencontrés il y a une vingtaine d’années au Collège Édouard-Montpetit, durant des études de denturologie.

Au printemps dernier, Lise est à la recherche d’une personne supplémentaire pour compléter son équipe et elle contacte Antonio qui accepte de venir lui rendre visite. Lise prévoit tout : c’est une véritable opération séduction qui attend son ancien collègue de classe! Pendant trois jours, elle déploie les plus beaux charmes de La Matanie à son invité, fait des détours pour passer devant les paysages les plus typiques, vante l’absence de trafic et la chaleur des gens, lui fait goûter aux saveurs locales et lui présente des amis tous plus sympathiques les uns que les autres. Ce marathon de charme ne laisse pas Antonio indifférent qui, au terme de l’expédition, accepte de venir travailler ici une semaine sur deux. Vivant à Montréal depuis son départ du Guatemala, il y a plus de 30 ans, c’est une nouvelle aventure qui débute alors et qui lui permettra de découvrir de nouveaux airs canadiens… ceux du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie!

Antonio Flores

Antonio Flores, à sa première journée de travail à Matane avec l’équipe de La Denturo à ce moment : Lise et Martin, tous deux originaires de Montréal et anciennement nouveaux arrivants eux aussi, ainsi que Fanny du SANAM, venue lui souhaiter la bienvenue!

Rêver le Canada et s’y installer!

Comment se fait-il qu’à l’âge de 10 ans, le rêve de venir vivre ici devînt si fort qu’il poussa le jeune guatémaltèque, 16 ans plus tard, à tout laisser derrière pour venir s’installer dans le pays de l’hiver? Dans sa ville natale de Guatemala ciudad, Antonio avait un ami dont la mère travaillait à l’Ambassade canadienne. Il allait souvent leur rendre visite et on lui racontait fréquemment ce pays nordique, photos à l’appui. « Je suis tombé en amour avec le Canada! », se souvient Antonio.  Dès lors, le rêve canadien n’était jamais bien loin. Seize ans plus tard, la situation s’aggrava au Guatemala et plusieurs conflits explosèrent, rendant la ville et le pays de moins en moins sécuritaires. C’est ainsi qu’il décida d’entreprendre des démarches pour immigrer ici. On lui donna le choix entre trois villes où s’installer : Vancouver, Toronto ou Montréal. C’est un autre coup de cœur qui précipita son choix : il rencontra une femme qui parlait français : « À ce moment, je suis tombé en amour avec le français! », s’exclame Antonio, comme s’il était encore stupéfait de la suite des événements! Il allait donc déménager à Montréal! C’était en 1982 et bien qu’il soit tombé sous le charme de la langue française, il n’en parlait pas un seul mot à son arrivée! Cela ne l’empêcha pas de trouver un emploi dans un restaurant à peine une semaine après avoir posé les pieds en sol montréalais! Au travail, il apprit à se débrouiller en français et apprit aussi rapidement la profession de cuisinier, qu’il exerça ensuite pendant un moment. Il avait bien en tête ce que sa mère lui avait souvent répété : « Quoi que tu fasses, apprends »! S’enchaînèrent par la suite des cours de français puis un DEC en denturologie. Il devint ami à ce moment avec Lise Fillion et ils graduèrent ensemble en 1999, après quoi chacun poursuivit son chemin. Antonio pratiqua la denturologie durant de nombreuses années à Montréal.

Selon lui, son parcours est une preuve qu’on peut réussir, peu importe d’où on part et les défis à surmonter. Il parle maintenant un excellent français, langue qu’il adore toujours et tout autant que sa vie au Canada dont il avait tant rêvé. Il a du plaisir à travailler avec son équipe de La Denturo de Matane et aime le « côté latin » des Matanais qui se connaissent et s’envoient la main d’un trottoir à l’autre. Et nous, on aime le « côté Antonio » qu’il apporte ici, avec son sourire réconfortant et accompli! Bienvenue Antonio! Nous souhaitons te garder longtemps parmi nous!

Publicités

Riches échanges lors de la soirée sur la Solidarité interculturelle en Matanie

Le 17 novembre 2017, le SANAM, en collaboration avec Développement et paix ainsi que le CIBLES – Carrefour international bas-laurentien pour l’engagement social, ont souligné les Journées québécoises de la solidarité internationale | JQSI lors d’une soirée qui avait comme thématique la solidarité interculturelle et internationale.

Une cinquantaine de personnes ainsi que certains élu-e-s étaient présents pour participer aux discussions. Nous remercions chaleureusement Jeanne-Marie Rugira pour ses mots inspirants, Vinciane Cousin pour son soutien et sa présence, ainsi que toutes les personnes invitées qui ont donné vie à des textes poétiques parlant d’interdépendance humaine, d’identité autochtone, de couleur de peau, de quête identitaire et de vivre ensemble.

La solidarité interculturelle et internationale, c’est être « conscient-e de l’interdépendance humaine »!

Nous remercions la Bibliothèque municipale Fonds de solidarité FTQ de Matane de nous avoir accueillis pour l’événement ainsi que toutes les personnes qui étaient présentes!

Merci à NousTV pour ce reportage!

Merci à nos bénévoles!

En cette Journée internationale des bénévoles, le SANAM tient à souligner la contribution de toutes les personnes qui s’impliquent de près ou de plus loin dans nos activités et projets.

Merci aux dévoué(e)s parrains et marraines d’étudiants internationaux et de nouveaux arrivants qui offrent un accueil chaleureux, humain et personnalisé à leur(s) jumelé(s). Merci également à tous les membres du comité Rézo Matanie qui contribuent à organiser des activités qui offrent des occasions aux nouveaux arrivants et au public de tisser des liens et d’élargir leur réseau social.
Ces projets ne seraient pas possibles sans votre apport!

Merci! journée des bénévoles

Jeu d’évasion «Sauvons La Matanie»

Bandeau_Jeu d'évasion

Un savant fou a inventé une machine à remonter le temps et vous a emprisonné dans un espace temporel indéfini, où le territoire matanien est sans dessus-dessous. Seule façon de vous en sortir: résoudre des énigmes qui vous permettront de revenir en 2017 et de replacer le territoire comme nous le connaissons aujourd’hui. Vous avez 40 minutes pour y arriver, ou sinon vous resterez coincés dans ce lieu hostile.

Inspirée des jeux d’évasion, cette activité organisée par le comité Rézo Matanie vous permettra de mieux connaître le territoire selon des faits divers et de rencontrer d’autres personnes avec qui vous aurez l’occasion de résoudre les énigmes.

Date : Samedi 2 décembre 2017
Heures disponibles : 10h00 – 11h00 – 12h00 – 13h00 – 14h00 – 15h00
LieuLa Co.Mode Verte, 310 Av St-Jérôme, Matane, QC G4W 3A9
*L’activité se déroule dans le sous-sol de la Co.Mode Verte.

Vous devez vous inscrire seul(e) ou en équipe de 2 maximum, le but étant de permettre à tous les participants de rencontrer de nouvelles personnes. Des groupes de 4 à 6 personnes seront formés selon vos disponibilités. Les places sont limitées. 

POUR VOUS INSCRIRE (OBLIGATOIRE): https://goo.gl/forms/0at1jObNUgdDhget2

ÂGE : Activité pour les 12 ans et plus. À noter que si vous venez faire l’activité et que vous avez des enfants de moins de 12 ans, Vire-Vent, espace-famille de La Matanie peut les accueillir dans son espace situé aussi dans les locaux de la Co.Mode verte, au coût de 5$ par enfant.

Coût d’entrée: 
Nouveaux arrivants: 3 $
Mataniens: 5 $

Information : Contactez l’agente de migration Annie Veillette par téléphone (418 566-6749, poste 209), courriel (migration@cjematane.ca) ou facebook Rézo Matanie

 

Mathieu Trépanier – Jeune professionnel déterminé!

Mathieu_Trépanier

Mathieu Trépanier est chargé de projet au Fonds d’innovation et de développement économique local de La Matanie (FIDEL) depuis l’été 2017. C’est l’obtention de cet emploi qui l’amène à prendre la route vers l’Est depuis Montréal en août dernier et à s’installer à Matane. Ce qui l’attendait? Un défi professionnel très stimulant et une vie matanaise qu’il allait adorer! Voici le portrait d’un nouvel arrivant déterminé qui s’est rapidement plu dans notre région.

Originaire de LaSalle à Montréal, Mathieu est l’un de ceux qui s’intéresse à un éventail impressionnant de sujets. Il a étudié en Sciences de la santé au Cégep, est Bachelier en Sciences politiques de l’Université de Montréal, a obtenu une maîtrise en Histoire de l’Université du Québec à Montréal, effectué un microprogramme en enseignement post-secondaire et alla finalement compléter un second baccalauréat, cette fois-ci en Histoire. Ah oui, il est aussi photographe à ses heures, nourrit une passion pour la politique et l’histoire des États-Unis – il a d’ailleurs mis les pieds dans plus de 30 états américains (!).

Après ses études en 2015, Mathieu commence à chercher un emploi dans son domaine. Cependant, il se heurte vite à la réalité du marché de l’emploi et son rêve d’obtenir un poste d’enseignant en histoire et science politique au niveau collégial est moins atteignable qu’il espérait. En février dernier, l’une de ses amies vivant à Matane l’informe que le nouveau Fonds d’innovation et de développement économique local de La Matanie (FIDEL) est à la recherche d’un troisième membre pour compléter son équipe. Cette opportunité représente un défi professionnel très intéressant pour Mathieu qui décide de postuler. Quelques mois plus tard, il obtient le contrat et s’installe dans son nouveau chez-lui matanais.

Son emploi et son nouveau milieu de vie lui plaisent. Ce travail lui a d’ailleurs permis de connaître rapidement la région – ses enjeux, défis et forces et de créer plusieurs liens Mathieu connaît drôlement bien La Matanie bien qu’il soit installé ici depuis moins d’un an!

Même s’il venait souvent dans la région rendre visite à son amie, le Montréalais d’origine constate rapidement que Matane au quotidien lui plaît autant que le Matane qu’il connaissait de passage. « Quand j’ai commencé à venir en visite à Matane en 2014 je suis tout de suite tombé en amour avec le feeling de la ville! raconte Mathieu. Et depuis que je vis ici, je ne manque de rien! » Pour la bonne viande son boucher de prédilection est à l’Épicerie St-Gelais ; sa soif de houblon est étanchée par la Brasserie artisanale La Fabrique ; sa lentille trouve des sujets à quelques rangs de chez lui ; les options de road trips sont infinies (ou presque!). L’hiver prochain, il souhaite s’impliquer plus dans sa communauté et entend entreprendre un certificat en administration à l’UQAR… Décidément, avec une université à une heure de route, Mathieu semble comblé!

Nous te souhaitons bienvenue dans ton nouveau chez-toi, Mathieu!

 

6 à 8 Découverte Matanie – Histoire de la forêt et de la trappe

poste-de-traite-de-fourrures-de-matane-poste-de-traite-de-fourrures

L’Association des chasseurs et pêcheurs de la région de Matane nous accueille dans son poste de traite pour un 6 à 8 découverte de l’histoire de La Matanie et de sa forêt le mercredi 8 novembre 2017. 

« Peu de gens savent que le bassin de la Rivière Matane fut le premier poste de traite de fourrures au sud du St-Laurent; que les Rochelais, Basques, Hollandais, Anglais, etc. y faisaient le commerce avec les Autochtones de la Baie des Chaleurs » – Corporation Lire la mer.

Louis Pelletier, habile conteur et grand connaisseur du patrimoire régional et de l’histoire liée à l’exploitation de la forêt matanienne, nous racontera comment les trappeurs et forestiers travaillaient à l’époque. Une collection de fourrures de la région et une exposition d’outils anciens des métiers de la forêt seront présentées.

L’événement est gratuit et est organisé pour les nouveaux arrivants et le public. Bienvenue aux familles. Des boissons chaudes seront servies. 

Date : Mercredi 8 novembre 2017, de 18:00 à 20:00
Lieu : Poste de traite de Matane, 655 av. Henri-Dunant, Matane (Québec), G4W3N1

Événement Facebook ici