Café de l’emploi, de la formation et de l’entrepreneuriat en Matanie

Dans le cadre de La Semaine de l’emploi au Bas-Saint-Laurent, le comité emploi de La Matanie organise un Café de l’emploi, de la formation et de l’entrepreneuriat pour les chercheurs d’emploi.

Venez rencontrer des employeurs et organismes de La Matanie autour d’un café. N’oubliez pas d’apporter votre CV!

Jeudi 30 mars 2017, de 14h à 18h
Riôtel de Matane, 250 avenue du Phare Est
Pour plus d’information, visitez le www.semaineemploimatanie.ca

C’est un rendez-vous à ne pas manquer!

cafe_emploi_affiche

 

 

Deux projections pour le Mois de l’Histoire des Noirs

 

Vendredi le 17 février 2017 dans le cadre de la Nuit blanche à la bibliothèque Lucien-Lelièvre, au Cégep de Matane, deux films seront présentés gratuitement pour souligner le Mois de l’Histoire des Noirs.

Des discussions avec un enseignant en philosophie du Cégep de Matane et la chargée de projet du SANAM auront lieu suite aux projections.

– 19h00-20h30 : « Dieu s’est lassé de nous »
– 22h45-00h45 : « Selma »

 

—Dieu s’est lassé de nous—

« John, Daniel et Panther font partie des quelque 20 mille «garçons perdus» qui, fuyant leur Soudan natal déchiré par la guerre civile, ont en 1987 amorcé un long et dangereux périple à travers le désert, qui les a conduits en Éthiopie, puis au Kenya. En 2001, alors que les trois jeunes hommes vivaient dans un camp de réfugiés, une organisation humanitaire leur a offert, ainsi qu’à d’autres compagnons d’infortune, la possibilité d’émigrer aux États-Unis. Mais la vie qui les attendait dans cet Eldorado dont ils ne savaient rien ne fut pas aussi heureuse qu’ils l’avaient espérée. La solitude, l’inquiétude, l’insécurité, ainsi que le souvenir de leurs proches demeurés en Afrique, ont rendu leur intégration difficile, voire douloureuse. » -résumé La Presse
>   Bande annonce : ici

—Selma—

« Un des rares films jamais tournés sur l’apôtre de la non-violence, se focalise sur une courte période de la vie de «Dr King», après la victoire du Civil Rights Act de 1964, la loi qui a aboli la ségrégation dans le sud des États-Unis. » La Presse
« Selma retrace la lutte de Martin Luther King au milieu des années 1960 pour garantir le droit de vote pour tous, culminant sur la célèbre marche de Selma à Montgomery, en Alabama, qui entraîna la loi sur le droit de vote du président Johnson en 1965. » résumé Le Devoir
>   Bande annonce : ici

 

Les films seront présentés avec sous-titres français.

 

Habla español? 2e immersion hispanophone le temps d’une soirée!

hablo

La première activité de conversation en espagnol en décembre fut un succès et nous sommes heureux de vous inviter à une deuxième petite immersion hispanophone! 🙂

Vendredi le 17 février 2017, de 18h30 à 19h30, vous êtes invité à venir converser en espagnol dans une ambiance conviviale, que vous soyez débutant ou hispanophone, il y a de la place pour tous!

Lieu : Bibliothèque Lucien-Lelièvre, Cégep de Matane (616 av. Saint-Rédempteur, Matane)
Activité est gratuite et aucune inscription requise.

Événement Facebook, cliquez ici!

L’activité prendra place dans le cadre de la Nuit Blanche à la Bibliothèque. Si vous désirez profiter des activités prévues dans la programmation avant ou après notre conversation en espagnol, cette soirée est ouverte à tous!

Février : MOIS DE L’HISTOIRE DES NOIRS

 

mois-de-lhistoire-des-noirs-_-affiche-facebook

Né aux États-Unis en 1875 et décédé en 1950, l’Afro-Américain Dr Carter G. Woodson fut l’instigateur de la Semaine des Noirs en février 1926 (la Negro History Week). Le mois de février fut choisi parce qu’il correspondait au mois d’anniversaire de naissance de deux grands abolitionnistes de l’esclavage, Frederick Douglas et Abraham Lincoln.

Au Québec, c’est en 2006 que l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi visant à faire du mois de février le Mois de l’histoire des Noirs, afin de souligner la contribution historique des communautés noires à la société québécoise.

À Matane, le Service d’accueil des nouveaux arrivants de La Matanie tient à souligner ce mois important. En collaboration avec la Bibliothèque Lucien-Lelièvre du Cégep de Matane, une petite exposition des Afro-Canadiens qui ont marqué notre histoire ainsi qu’une sélection de livres sont présentées. Lors de la Nuit blanche à la Bibliothèque, le 17 février prochain, le documentaire « Dieu s’est lassé de nous » (19h00-20h30) et le film « Selma » (22h45-00h45) seront projetés gratuitement, puis suivis d’une discussion.

Ces activités sont possibles grâce au soutien du Ministère de l’immigration, de la diversité et de l’inclusion du Québec. 

logo_midi_200px-300x200

Portrait de février ::: Mamadou Sarr : de Bamako à Matane !

mamadou

Mamadou avec d’autres nouveaux arrivants à l’activité de curling du mois de janvier. (Photo Olivier Bouchard)

Mamadou Sarr est né dans la ville de Kayes au Mali, puis a ensuite déménagé à Bamako, la capitale. Ce pays, qui l’a vu grandir jusqu’à ses 21 ans, compte 13 langues nationales, plusieurs ethnies, est entièrement désertique dans les deux tiers nord et est traversé par l’équateur thermique, ce qui fait de lui l’un des pays les plus chauds au monde. Il est difficile d’imaginer ce que ça a pu représenter, pour Mamadou, que d’atterrir dans un pays où absolument tout – langue, accent, nourriture, vêtements, faune, flore, routes, climat, habitudes, traditions, etc. – est différent de ce qu’il avait connu avant. Inutile de vous dire qu’une fois arrivé ici, Mamadou a dû faire preuve d’une grande adaptabilité et que ce n’est certainement pas le courage qui manque chez lui!

Ce sont les études qui ont amené le jeune malien à venir s’installer à Matane pour y faire un Diplôme d’études professionnelles en Soudage-Montage. Quelques cousins, un de ses frères et une de ses sœurs étaient déjà venus vivre au Québec pour poursuivre des études, mais ils ne demeurent pas ou plus à Matane. Une fois arrivé en terre québécoise au mois d’août 2016, ses proches habitant au Québec l’ont accueilli, mais Mamadou allait venir vivre seul à Matane. Cette étape signifiait qu’il allait pour la première fois vivre par lui-même, devoir apprendre à cuisiner, passer autant de temps loin de ses proches et même expérimenter une certaine solitude.

Il serait faux de dire que Mamadou ne connaissait personne à Matane avant de venir. Son frère ayant également étudié au CFP ici quelques années auparavant, des liens étaient entretenus avec leur cousine Yacine, un ami et Badjene, plus connue sous le nom de Thérèse Sagna. Pourquoi l’appellent-ils « Badjene »? Parce qu’elle est considérée comme la maman de tous les Africains ou nouveaux arrivants à Matane! Il y avait donc heureusement certaines personnes sur qui il pouvait compter en arrivant ici. Ils ont tous été d’un précieux soutien :  visite de la ville, enseignement de quelques recettes, fonctionnement de certaines institutions, etc. Tous originaires de pays différents, ils sont passés par là et savent ce que c’est que d’être parachuté dans une nouvelle culture!

Dès son arrivée, Mamadou a commencé à participer à toutes les activités organisées par Rézo Matanie. Sortie aux Jardins de Métis, brunch, curling, soupers, défilé de mode, jeux de sociétés… Il est toujours ouvert et partant! En plus de lui faire découvrir notre coin de pays, ces activités, raconte-t-il: « m’ont vraiment aidées, car j’ai pu rencontrer plein de gens. J’ai même rencontré un Québécois qui est déjà allé au Mali! Ça m’a fait énormément plaisir! ». Mamadou est également inscrit au programme de jumelage interculturel coordonné par le SANAM et est, depuis peu, jumelé avec un parrain et une marraine québécois! Enthousiasmé par cette nouvelle aventure qui commence, Mamadou a décidément envie de rencontrer des gens d’ici et de partager avec nous sa culture tout en apprenant plus sur la nôtre.

Même si le système éducatif a nécessité qu’il s’y adapte, qu’au Québec les gens restent beaucoup à l’intérieur de leur maison et que le grin lui manque énormément – activité typique au Mali qui constitue en un moment de rassemblement à l’extérieur pour échanger, dialoguer et se divertir tout en buvant du thé – Mamadou sait trouver l’équilibre et a su s’adapter à notre mode de vie! Au bambara (la langue nationale malienne), au peulh (sa langue maternelle) et au français (la langue officielle) vient s’ajouter la compréhension d’une langue qui paraissait nouvelle pour le jeune homme dans ses premiers mois ici : le québécois! Bienvenue parmi nous Mamadou, nous espérons que tu restes longtemps ici et que tu t’y sentes comme chez toi! (Nous pourrions même expérimenter une petite séance de grin avec toi, pourquoi pas!?)

photo-portrait-ma

Beaucoup de plaisir lors d’une sortie aux Jardins de Métis, en août dernier.

Fabrication de masques : femmes d’ici et d’ailleurs

Le SANAM collabore avec le Regroupement des femmes de la région de Matane et le CIBLES – Carrefour international bas-laurentien pour l’engagement social dans le cadre d’un projet régional de sensibilisation à l’égalité des femmes, d’ici et d’ailleurs.

Des femmes immigrantes et québécoises sont invitées pour un atelier samedi prochain à 13h00 à Matane, durant lequel nous confectionnerons des masques en plâtre. Cette activité a pour but de partager un espace et un moment afin d’entrer en contact avec des femmes de différentes origines et cultures et de briser certaines barrières qui sont souvent existantes. 

L’activité aura lieu samedi le 11 février à 13h00 au Regroupement des femmes de la région de Matane. Les femmes peuvent venir avec leurs enfants.

Inscription et information: allaire-poliquin.fanny@cgmatane.qc.ca ou 418-562-1240, poste 2230

Reportage de Radio-Canada sur l’activité à Rimouski : cliquez ici.

Cette collaboration et activité est possible grâce au soutien financier du Ministère de l’immigration, de la diversité et de l’inclusion du Québec.

logo_midi_200px-300x200

img_8630

Photo : Laurie Cardinal

Activité Rézo Matanie de février ::: Traineau à chien à Saint-Ulric !

chien

Photo : Aventure Pattes Blanches

Rézo Matanie vous propose une activité hivernale spéciale pour le mois de février! 

Que diriez-vous d’essayer le traîneau à chien? Nous avons la chance d’avoir près de chez nous Aventure pattes blanches , situé à Saint-Ulric, qui propose des sorties en traîneau à chien très appréciées et abordables! 

Vous serez conduit dans un sentier magnifique qui donne vue sur la mer tout en passant aux pieds des éoliennes. Vous aurez même la chance, si vous voulez, de conduire le traîneau! Vous tomberez en amour avec ces chiens de traîneau et ce paysage magnifique de St-Ulric!

Pour ceux qui en ont envie, il y aura également possibilité de faire de la raquette ou du ski de fond sur place. Lorsqu’un petit groupe partira faire un tour de traîneau, les autres pourront partir dans les sentiers qui sont situés sur le site. Vous pouvez apporter vos skis de fond ou vos raquettes et il y aura également des raquettes disponibles gratuitement sur place. Surtout, habillez-vous chaudement!

Cette activité est ouverte aux nouveaux arrivants en priorité qui pourront bénéficier d’un coût réduit, mais est aussi ouverte au public. Les places sont limitées donc réservez rapidement ! 

  • Prix NOUVEL ARRIVANT : 20$
  • Prix PUBLIC : 35$

L’activité se tiendra le dimanche 19 février 2017 en après-midi, à partir de 13h00. S’il y a plusieurs inscriptions, il y aura possibilité d’ouvrir des places pour l’avant-midi. 

Pour se rendre à Aventure Pattes Blanches 2755, Rang 4 Est, St-Ulric.
Du covoiturage peut être organisé pour s’y rendre. 

INSCRIPTION OBLIGATOIRE : 
Fanny Allaire-Poliquin, SANAM – 418-562-1240, poste 2230 |
allaire-poliquin.fanny@cgmatane.qc.ca
Lilianne Lavoie, Place aux jeunes – 418-566-6749, poste 209 | migration@cjematane.ca

 

Voici un excellent vidéo créé par les Trésors cachés de la Gaspésie à Aventure Pattes blanches !