Youssef Ifkarane ::: Un rêve de montagnes et de mer qui prend vie!

Youssef_Ifkarane2

C’est dans la ville marocaine de Casablanca que Youssef est né et a passé la plus grande partie de sa vie. Au travers des cinq millions de personnes qui y habitent, le trentenaire y a fait son chemin professionnel dans le génie informatique. Ce qui l’a amené ici? « Le hasard », dit-il! Même s’il existait au fond de lui un rêve de vivre dans un village entre les montagnes et la mer, Youssef explique qu’il n’a jamais cherché activement à atteindre ce but… jusqu’au jour où les opportunités se succédèrent afin de lui offrir la chance de vivre dans ce milieu de vie… à Les Méchins!

Youssef est arrivé à Montréal en 2011. Il connaissait déjà plusieurs personnes qui vivaient dans la métropole, ce qui facilita grandement son intégration. Il n’en demeure pas moins que certains aspects de la culture nord-africaine comportent quelques différences avec celle nord-américaine! La première différence marquante pour Youssef fut l’accent québécois. Bien qu’il parlait le français, son oreille n’a pas eu le choix de s’habituer rapidement à nos expressions et notre jargon puisqu’il a été embauché deux semaines après son arrivée comme agent de soutien technique chez Vidéotron. Ceci étant dit, l’immersion demeure la façon la plus rapide d’apprendre! La deuxième différence marquante avec l’Afrique du Nord fut notre hiver. Au Maroc, les hivers peuvent ressembler à nos soirées fraîches d’été et le choc thermique du premier hiver a été mémorable! « Je savais que c’était froid, mais je ne savais pas que c’était frette », s’exclame-t-il! Si son premier hiver fut le plus dur, il fut aussi le plus beau ; « c’est incroyable de ne plus voir sa voiture parce qu’il est tombé trop de neige » raconte Youssef en se rappelant sa première grosse tempête hivernale.

youssef_ifkarane.jpg

Youssef en train de pêcher à Les Méchins

À la fin d’un programme de quatre ans à l’École de technologie supérieure de Montréal en Génie des opérations, un ami invite Youssef à visiter Les Méchins et le réfère pour un emploi à Verreault Navigation. Non seulement la région le séduit, mais il obtient l’emploi! Se pourrait-il que le rêve qui l’habitait prenne forme? Il semble que oui! Youssef arrive ainsi à Les Méchins en octobre 2015. Il se sent tout de suite bien accueilli dans sa communauté d’accueil et son nouveau milieu de travail. Il trouve que les gens sont souriants, sociables et qu’ils l’acceptent tel qu’il est. Cette chaleur humaine qu’il rencontre lui rappelle celle du Maroc et de ses habitants. D’ailleurs, Youssef raconte qu’à son arrivée, une femme lui a offert un plat qu’elle lui avait préparé! Ce geste d’accueil touchant lui a drôlement rappelé cette coutume marocaine qui veut que les voisins partagent fréquemment des plats qu’ils cuisinent! Heureuse coïncidence!

youssef_ifkarane3.jpg

Raquettes aux pieds, devant quelques bisons à St-Ulric, lors d’une activité Rézo Matanie

Youssef est bien intégré à Les Méchins et le village de Les Méchins semble l’avoir adopté en retour! Il se plaît à aller pêcher le maquereau sur le quai, à se rendre à Sainte-Anne-des-Monts pour participer à la ligue de soccer, à jouer au volley-ball à Matane et à pouvoir profiter de toute la nature qui entoure son nouveau chez lui.

Nous sommes très heureux que notre région puisse t’offrir le cadre de vie dont tu rêvais et nous souhaitons te garder longtemps parmi nous, Youssef! 

 

Marine et Rémi ::: Quand les vagues mènent à Matane!

Marine_Rémi_Chic et Choc

Marine et Rémi en route pour venir à Matane avec leurs chats Chic et Choc ! (Chic et Choc se nommaient ainsi avant même que le couple ne connaisse notre coin de pays et s’y établisse! Quelle coïncidence! )

Marine et Rémi se sont établis à Matane depuis à peine février 2017. Ils ont tous les deux grandi à côté de la mer en France et leur histoire en est une de voyages et d’aventures maritimes! Traverse de l’Atlantique sur un voilier qu’ils ont eux-mêmes construit, vie en Guadeloupe, courses de voile…  Difficile de ne pas leur poser des dizaines de questions lorsqu’on en apprend plus sur leur parcours atypique!

On vous invite à rencontrer ces amoureux de la nature et de la mer!

Rémi est né à Nîmes et Marine à Laval. Pas notre Laval québécois ; celui situé près de la côte atlantique française. La Lavalloise a ensuite grandi à Sainte Foy, étudié à Saint Nazaire puis à Brest et a travaillé à Paris, Nantes et Toulouse! Rémi, lui, est diplômé en Science et génie des matériaux. Il a travaillé à son compte durant 8 ans à la réparation de bateaux de course. En 2013, il décide de se consacrer à la course en voilier et de participer pour une seconde fois à la Mini-Transat. Il s’agit d’une course de 7 500 km en solitaire sur les plus petits bateaux de course au large (seulement 6,50 mètres)! Il termine le parcours Douarnenez-Guadeloupe en 19 jours et termine… 3e! Cette course est décidément un moment important car c’est aussi là qu’il rencontre Marine qui accompagnait alors la Mini-Transat.

Diplômée d’une école d’ingénieur française en architecture navale, Marine entretient elle aussi un véritable amour pour la voile et la navigation. Cette passion commune les amène à construire un voilier sur lequel ils vivront durant plusieurs mois, entre Toulouse et les Antilles. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Marine et Rémi dans leur élément! 

Le couple s’établit ensuite en Guadeloupe après s’y être fait proposé du travail. Cependant, les réalités du marché de l’emploi les amènent à considérer le Québec comme nouvelle destination pour travailler et vivre. Marine postule alors pour quelques entreprises au Québec. Méridien Maritime est la première à la recontacter et ils sont déterminés à la faire venir à Matane. On lui offre un emploi dont elle rêvait depuis longtemps et elle accepte avec enthousiasme cette opportunité. Rémi, pour sa part, doit renoncer à un contrat en Guadeloupe. Il avait déjà bien aimé le Québec alors qu’il y avait mis les pieds au moment de faire la course Transat Québec St-Malo en 2012. Il décide donc de tenter le tout pour le tout et de suivre Marine sur la péninsule gaspésienne!

Tout s’est fait rapidement! En quelques mois, ils ont tous les deux rempli les documents d’immigration, quitté la Guadeloupe, trouvé un logement et des voitures, Rémi s’est aussi trouvé un emploi chez Méridien Maritime et ils se sont installés avec leurs trois chats : Chic, Choc et Toc (Chic et Choc se nommaient ainsi avant même que le couple ne connaisse notre coin de pays et s’y établisse! « C’est le destin! », lancent Rémi et Marine). Depuis leur arrivée, ils passent leurs fins de semaine à parcourir notre région et ils apprécient ce qu’ils découvrent. L’omniprésence de la nature, les services à proximité et les nombreuses activités de plein air disponibles comblent leur quotidien, disent-ils. Arrivés en plein mois de février, le premier -36 degré Celsius a marqué un contraste assez fort avec la température de l’île qu’ils venaient de quitter, mais l’accueil qu’ils ont reçu semble avoir amoindri les quelques rudesses de l’hiver.

Nous espérons que vous allez vous plaire longtemps ici, Rémi et Marine! 

Mamoud Mbouombouo ::: Partager nos cultures!

Mamoud Mbouombouo

Mamoud arborant un « Bâbouoh », un chapeau de noblesse porté pour les grandes cérémonies

Mamoud est arrivé à Matane il y a 16 mois suite à l’obtention d’un emploi chez Marmen. Il ne se verrait pas vivre ailleurs qu’en région, même s’il dit connaître les défis propres à notre éloignement des grands centres, la tranquillité qu’offre notre milieu est essentielle pour lui. Personne engagée de nature, il mène plusieurs projets dont celui de faire découvrir une partie de la culture africaine et camerounaise aux personnes dans La Matanie. « Si je connais la poutine, c’est parce qu’on me l’a fait découvrir. Si vous ne connaissez pas le couscous de chez moi, c’est parce que personne ne vous l’a fait goûter! », s’exprime-t-il. Il faut partager nos cultures! 

Foumban est une ville de l’Ouest du Cameroun qui a vu naître Mamoud. Il exerça dans cette région le métier de sculpteur sur bois à partir de l’âge de 11 ans. Il a appris très tôt l’entrepreneuriat et il se plait à prendre part à toutes les étapes du processus d’affaires. De la fabrication à la vente, Mamoud a développé une expertise comme sculpteur sur bois. Il est même souvent parti vendre ses sculptures notamment en Europe.

Diverses opportunités l’amènent à prendre un vol pour le Québec il y a de cela presque 4 ans. C’est à Chicoutimi qu’il s’installe, connaissant déjà quelqu’un qui y vivait. Là-bas, il s’implique et devient vice-président des Africains. Il travaille aussi sur un projet de boutique d’artisanat qui ne verra malheureusement pas le jour. Après quelques constats et conseils de la part de personnes de confiance, il décide de retourner étudier pour suivre une formation en soudure. « Après une quinzaine d’années à œuvrer dans le milieu du travail et de l’entrepreneuriat, le retour sur les bancs d’école n’est pas une évidence », explique-t-il. Cependant, cette formation lui permet d’obtenir un emploi chez Marmen. Il quitte alors Chicoutimi, traverse le fleuve et s’installe à Matane en janvier 2016.

Aujourd’hui, ses projets à Matane le motivent et il s’implique notamment dans le comité Rézo Matanie depuis mai 2017. Il contribue ainsi à organiser une programmation d’activités pour les nouveaux arrivants québécois et les personnes immigrantes. Un autre projet qui lui tient à cœur est la valorisation des échanges interculturels en Matanie. C’est pourquoi, depuis peu, Mamoud a créé une branche matanaise de l’Association camerounaise Noun mon beau département, nommée ainsi en raison du département camerounais d’où vient Mamoud. Le but de cette association ici sera de nous faire découvrir plusieurs aspects du Cameroun et de l’Afrique à travers diverses activités. Nous croyons nous aussi qu’il est important de créer des occasions d’échanges interculturels et nous espérons que vous aurez autant envie que nous de goûter à ce fameux couscous de chez lui !

Encore une fois, bienvenue parmi nous Mamoud! Nous te souhaitons la meilleure des chances dans tes projets et te remercions de ton implication!

PORTRAIT ::: Annie et Alexandre – Le choix de la solidarité régionale!

Alexandre se décrit lui-même comme un « p’tit gars de rang », du fait qu’il a grandi à Sainte-Monique-de-Honfleur, un village de quelques centaines d’âmes à 30 minutes d’Alma au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Il garde un fort sentiment d’appartenance à sa région mère, mais les charmes et opportunités de La Matanie ont su garder leur emprise sur lui depuis qu’il s’y est installé il y a 6 ans (se faire une copine matanaise a peut-être pesé un peu dans la balance aussi…). Annie, pour sa part, est revenue à Matane à l’été 2017 après l’avoir quittée pour ses études. C’est d’entreprendre une maîtrise en développement régional qui l’a poussée à revenir habiter son coin de pays ; elle est convaincue : «je veux contribuer au développement de ma région natale et c’est pour elle que je veux m’investir et mettre à profit mes connaissances». Annie et Alexandre forment un couple charmant et très conscient des défis auxquelles sont confrontées les régions du Québec. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ils ont choisi d’y faire leur vie : ils croient aussi à la force du rural et à celle des gens qui choisissent de s’y établir.

Portrait d’un jeune couple engagé et inspirant!


Enseignant en Animation 3D au Cégep de Matane, Alexandre vient d’abord vivre à Matane pour y entamer un DEC en Techniques d’animation 3D. Bien que cette formation s’offre dans les plus grandes villes, il choisit Matane parce que le cadre de vie ressemble plus à ce qu’il connaît. Il termine son DEC avec un stage au Centre de développement et de recherche en imagerie numérique (CDRIN) qui lui vaut un emploi durant les années qui suivent. Ce n’est pas anodin, selon lui, que de réussir dans son domaine en région et Alexandre en éprouve une certaine fierté. Plusieurs croient en effet qu’il est nécessaire de vivre dans les plus grands centres afin d’évoluer dans le secteur du développement technologique, mais ce n’est pas le cas à son avis. Pour sa part, il a choisi de contribuer à faire venir le développement technologique jusqu’à nous! Aujourd’hui, il est ravi de sa carrière débutante en enseignement 3D et il se plaît à évoluer dans un Cégep qui compte des étudiants de partout au Québec et dans le monde. « Cette diversité dans le programme de 3D crée une atmosphère unique car tout le monde se trouve à être un peu déraciné. La cohésion qui se crée dans le groupe est forte! », exprime Alexandre.

De son côté, Annie a quitté son foyer il y a quelques années pour se rendre à Montréal afin de compléter un baccalauréat en psycho-sociologie à l’Université de Montréal. Elle tient à expérimenter le pouls de la vie urbaine montréalaise, mais se doute bien qu’elle reviendra chez elle par la suite. « Tout le temps que j’étais là-bas, ça renforçait mon sentiment d’appartenance à Matane », affirme-t-elle. Trois ans plus tard, la région du Bas-Saint-Laurent la compte à nouveau parmi ses citoyens lorsque la bachelière s’installe à Rimouski pour débuter une maîtrise en développement régional à l’UQAR. Tout au long de ses études, elle revient l’été à Matane afin de travailler à la Municipalité Régionale de Comté de La Matanie. Cette expérience lui vaut une connaissance croissante et importante du territoire. Revenue définitivement à Matane il y a de cela quelques mois afin de poursuivre la rédaction de son mémoire, Annie aspire à travailler ici en développement régional ou dans un domaine connexe tout en poursuivant sa recherche.

Motivés à s’impliquer dans leur communauté, Annie et Alexandre se sont inscrits ensemble au projet de jumelage que propose le SANAM et le Cégep. Une étudiante française en photographie du Cégep et un étudiant malien en Soudage-Montage au Centre de formation professionnelle ont la chance de pouvoir compter sur Annie et Alexandre comme marraine et parrain depuis l’hiver 2017. Ils se plaisent à offrir la chance à ces étudiants de sortir de leur milieu scolaire, de découvrir le territoire et d’entrer en contact avec la culture québécoise et matanaise. Également impliquée dans le comité Rézo Matanie, Annie participe à l’organisation d’activités pour les nouveaux arrivants. Nous sommes bien heureux de la compter parmi nous!

La Matanie ne peut que se compter chanceuse de vous compter sur son territoire, Annie et Alexandre, et nous vous souhaitons de continuer à vous épanouir ici, tout en apportant de vos compétences au développement régional et technologique de notre beau coin de pays! 🙂 

 

Portrait ::: Hadrien et Jean-François : Incursion dans un jumelage unique!

Stéphanie et Jean-François se sont investis dans le jumelage interculturel proposé par le SANAM et le Cégep de Matane dès la première année d’existence du projet. Ils ont à leur actif plus de trois dyades formées avec des étudiants internationaux du Cégep. Cette année et pour les prochaines, c’est Hadrien, étudiant en Techniques d’animation 3D au Cégep de Matane, qui a la chance de compter sur Stéphanie et Jean-François comme marraine et parrain! Randonnée, bonnes bouffes, glissade, sculpture à Opti-Neige, discussions sur les jeux vidéo, visite du Père-Noël durant les fêtes, promenades sur le Mont-Castor, courses… les activités qu’ils ont à leur actif témoignent d’une expérience qui ne fait que bien commencer !

Rézo_PM_ÉI_Optineige_Jean-François Déry et Hadrien Schlumberger_fév2017~2

L’équipe de Jean-François a invité Hadrien à se joindre à eux pour Opti-Neige 2017. Ils ont même remporté le premier prix dans la catégorie Famille! Hadrien ne pouvait espérer mieux comme expérience hivernale matanaise!

Comme le dit Jean-François lors de notre rencontre pour la rédaction de ce portrait – autour d’une dé-li-cieuse pizza maison : « Tout le monde devrait avoir son Hadrien »! Ça semble bien vrai! Hadrien est un attachant étudiant à l’attitude cool, pacifique et au sourire omniprésent. Le fait qu’il vive depuis plusieurs années sur une île paradisiaque où la température ambiante descend rarement sous les 20° Celsius y est peut-être pour quelque chose!

Il y a moins de huit mois, Hadrien vivait encore en Nouvelle-Calédonie, une petite île française dans l’Océan Pacifique qui regorge de plages idylliques et de paysages exotiques. L’étudiant s’est retrouvé au Cégep de Matane après s’être lié d’amitié avec des Québécois venus travailler sur l’île qui lui ont vanté notre pays avec ses hivers, ses grands espaces et ses habitants chaleureux. Il y a trois ans, afin de voir si ses amis disaient vrai, Hadrien décida de venir le constater de ses propres yeux et il visita le Québec en plein hiver. Il eut la piqûre! Déterminé à venir y vivre, c’est ainsi qu’il entreprit, une fois de retour chez lui, des recherches pour trouver une formation académique et un établissement d’enseignement qui lui conviendraient. Passionné de jeux vidéo et d’informatique, le programme d’animation 3D que propose le Cégep s’avérait parfait pour lui et l’attira jusqu’à Matane, où il s’installa en août 2016, pour les trois années à venir.

IMG_20170303_162108395~2

Avant d’arriver ici, Hadrien s’est tellement préparé mentalement à ce que le froid soit insupportable, qu’il trouve finalement que -15°, c’est encore une température à laquelle il arrive à se promener en T-Shirt (!)

La rentrée scolaire passée, Hadrien décida de s’inscrire au projet de jumelage dans le but de découvrir la région, de faire des activités qui sortent de l’ordinaire et d’être en contact avec des Québécois. Une belle aventure commencera alors pour l’étudiant, qui ne pouvait pas espérer tomber mieux en terme de jumelage!

À ce même moment, Jean-François et Stéphanie, dont les étudiants avec qui ils étaient jumelés les années précédentes ont tous quitté la région, se portent encore une fois volontaires pour parrainer un étudiant international. Jean-François, ayant étudié au Cégep de Matane, a expérimenté la vie dans les résidences et il tient à offrir l’opportunité à un étudiant qui y vit de sortir et de découvrir le coin. L’intérêt du couple à s’investir dans ce type de projet provient également du fait qu’ils ont l’habitude d’ouvrir leur porte à des personnes de différentes origines chez eux ; Jean-François a souvent invité des collègues anglophones à la maison et l’expérience s’est révélée très enrichissante pour leurs enfants qui ont rapidement appris l’anglais et qui s’ouvrent sur le monde grâce à ces échanges. En plus, comme le mentionne Stéphanie, « Le jumelage interculturel est un moyen de voyager sans quitter sa ville! ».

Lors de notre sympathique souper, on discute de la Nouvelle-Calédonie, de sa terre rouge et de son histoire, de jeux vidéo, des projets que Jean-François réserve à Hadrien pour les prochains mois, de leur victoire inattendue à Opti-Neige 2017 dans la catégorie « Famille », de la ville de Matane, du parcours de chacun, de bouffe. Je ne peux que constater à quel point le projet peut donner lieu à des échanges interculturels fructueux et représente une opportunité unique d’apprendre à connaître des personnes qu’on n’aurait pas nécessairement connues autrement. Ça ne peut que nous motiver à poursuivre notre travail pour donner l’opportunité à d’autres étudiants et parrains-marraines de vivre cette expérience!

À toute la famille et à Hadrien, votre investissement dans cette relation est inspirant! Je vous souhaite que tous vos projets ensemble se réalisent! 

 

Portrait de février ::: Mamadou Sarr : de Bamako à Matane !

mamadou

Mamadou avec d’autres nouveaux arrivants à l’activité de curling du mois de janvier. (Photo Olivier Bouchard)

Mamadou Sarr est né dans la ville de Kayes au Mali, puis a ensuite déménagé à Bamako, la capitale. Ce pays, qui l’a vu grandir jusqu’à ses 21 ans, compte 13 langues nationales, plusieurs ethnies, est entièrement désertique dans les deux tiers nord et est traversé par l’équateur thermique, ce qui fait de lui l’un des pays les plus chauds au monde. Il est difficile d’imaginer ce que ça a pu représenter, pour Mamadou, que d’atterrir dans un pays où absolument tout – langue, accent, nourriture, vêtements, faune, flore, routes, climat, habitudes, traditions, etc. – est différent de ce qu’il avait connu avant. Inutile de vous dire qu’une fois arrivé ici, Mamadou a dû faire preuve d’une grande adaptabilité et que ce n’est certainement pas le courage qui manque chez lui!

Ce sont les études qui ont amené le jeune malien à venir s’installer à Matane pour y faire un Diplôme d’études professionnelles en Soudage-Montage. Quelques cousins, un de ses frères et une de ses sœurs étaient déjà venus vivre au Québec pour poursuivre des études, mais ils ne demeurent pas ou plus à Matane. Une fois arrivé en terre québécoise au mois d’août 2016, ses proches habitant au Québec l’ont accueilli, mais Mamadou allait venir vivre seul à Matane. Cette étape signifiait qu’il allait pour la première fois vivre par lui-même, devoir apprendre à cuisiner, passer autant de temps loin de ses proches et même expérimenter une certaine solitude.

Il serait faux de dire que Mamadou ne connaissait personne à Matane avant de venir. Son frère ayant également étudié au CFP ici quelques années auparavant, des liens étaient entretenus avec leur cousine Yacine, un ami et Badjene, plus connue sous le nom de Thérèse Sagna. Pourquoi l’appellent-ils « Badjene »? Parce qu’elle est considérée comme la maman de tous les Africains ou nouveaux arrivants à Matane! Il y avait donc heureusement certaines personnes sur qui il pouvait compter en arrivant ici. Ils ont tous été d’un précieux soutien :  visite de la ville, enseignement de quelques recettes, fonctionnement de certaines institutions, etc. Tous originaires de pays différents, ils sont passés par là et savent ce que c’est que d’être parachuté dans une nouvelle culture!

Dès son arrivée, Mamadou a commencé à participer à toutes les activités organisées par Rézo Matanie. Sortie aux Jardins de Métis, brunch, curling, soupers, défilé de mode, jeux de sociétés… Il est toujours ouvert et partant! En plus de lui faire découvrir notre coin de pays, ces activités, raconte-t-il: « m’ont vraiment aidées, car j’ai pu rencontrer plein de gens. J’ai même rencontré un Québécois qui est déjà allé au Mali! Ça m’a fait énormément plaisir! ». Mamadou est également inscrit au programme de jumelage interculturel coordonné par le SANAM et est, depuis peu, jumelé avec un parrain et une marraine québécois! Enthousiasmé par cette nouvelle aventure qui commence, Mamadou a décidément envie de rencontrer des gens d’ici et de partager avec nous sa culture tout en apprenant plus sur la nôtre.

Même si le système éducatif a nécessité qu’il s’y adapte, qu’au Québec les gens restent beaucoup à l’intérieur de leur maison et que le grin lui manque énormément – activité typique au Mali qui constitue en un moment de rassemblement à l’extérieur pour échanger, dialoguer et se divertir tout en buvant du thé – Mamadou sait trouver l’équilibre et a su s’adapter à notre mode de vie! Au bambara (la langue nationale malienne), au peulh (sa langue maternelle) et au français (la langue officielle) vient s’ajouter la compréhension d’une langue qui paraissait nouvelle pour le jeune homme dans ses premiers mois ici : le québécois! Bienvenue parmi nous Mamadou, nous espérons que tu restes longtemps ici et que tu t’y sentes comme chez toi! (Nous pourrions même expérimenter une petite séance de grin avec toi, pourquoi pas!?)

photo-portrait-ma

Beaucoup de plaisir lors d’une sortie aux Jardins de Métis, en août dernier.

Portrait d’ambassadrice de La Matanie ::: Sandra Ramsay : souligner les bons coups d’une région!

Des ambassadeurs de La Matanie, il suffit de chercher un peu et on en trouve plus que l’on pense! Sandra Ramsay, il n’y a aucun doute, est une ambassadrice fière et proactive!

Native de la Vallée de la Matapédia et installée à Matane depuis 10 ans, elle a fait une formation en Arts et lettres puis en Tourisme au Cégep de Matane. Elle travaille actuellement à la Réserve faunique de Matane comme responsable des services à l’accueil. 

Il y a quelques temps, Sandra a créé la page Facebook Vivre en Matanie. Elle nous explique le but premier qu’elle cherchait à atteindre avec la mise sur pied de cette page : « [Je voulais] offrir une plate-forme de discussions entre les résidents de La Matanie. De pouvoir partager ses idées de projets, de souligner des bons coups d’entreprises, les nouveautés dans la région et de recueillir l’avis des résidents. Bref, je voulais offrir un lieu d’échange positif. » Avec plus de 400 personnes qui suivaient cette page, on peut dire que son objectif a clairement été atteint – et que les Mataniennes et Mataniens aiment qu’on parle de leur région en bien ! Sandra tient à souligner le soutien que lui a apporté Yann Gonthier dans la gestion de cette page.

Entretenir une page Facebook est assez demandant en termes de temps et lorsque Sandra a vu que le Service d’accueil des nouveaux arrivants de La Matanie venait de créer la page Facebook J’aime La Matanie, associée à une campagne de promotion du sentiment d’appartenance à la région, Sandra nous a proposé de fusionner nos deux pages. C’est donc ce que nous avons fait !

Nous tenons ainsi à souligner le travail de cette ambassadrice hors pair. C’est grâce à des gens comme elle que nous pouvons faire rayonner La Matanie dans le coeur des gens qui la font vivre et dans le reste du Québec! Merci Sandra! Nous tâcherons de poursuivre du mieux que nous le pouvons la mission que tu t’étais donnée et qui rejoint aussi la nôtre, soit de souligner les bons coups de notre région et de promouvoir notre sentiment d’appartenance à celle-ci!